Communication sociale : le nouveau standard de communication au sein de l’entreprise

Note de l’éditeur : nous sommes heureux d’accueillir aujourd’hui un nouvel auteur sur le blog de Zyncro. Jorge Ávila est fondateur et PDG de @tresensocial, société qui se dédie à la promotion de l’usage professionnel des médias sociaux dans les organisations. Jorge est en outre formateur et conférencier sur les thèmes des réseaux sociaux et des technologies. Il a l’âme militante, avec un esprit d’homme d’affaires mais avec un cœur de bon samaritain. Nous nous réjouissons particulièrement de pouvoir le compter parmi nos contributeurs habituels. Bienvenue Jorge :)

Temps de lecture estimé : 5 minutes

Communication socialeCertains d’entre nous avons vécu la révolution de l’e-mail, un cadeau merveilleux que la technologie a offert au domaine de la communication. Nous l’utilisons dans nos vies tant professionnelles que personnelles. Mais cela ne suffit plus.
Au cours des dernières années, la communication sociale telle que nous la connaissons aujourd’hui (celle qui s’appuie sur le modèle du Social Media) a fait son chemin et est en passe de devenir la nouvelle norme de communication au sein et en dehors de toute organisation.
La communication sociale apporte en effet de nombreux avantages immédiats à nos entreprises, entre autres :
  • conserver les informations de l’entreprise certes, mais aussi les conversations que l’équipe tient à leur sujet, c’est-à-dire aussi bien les documents qui définissent les procédures que le pourquoi et le comment de ces dernières ;
  • se libérer des e-mails où votre participation s’avère inutile, tout en vous laissant un accès à ces informations, car dans la communication sociale, vous ne recevez de notification que si vous êtes expressément mentionné ou lorsque quelque chose que vous avez indiqué comme présentant un intérêt particulier se produit ;
  • capitaliser les talents disponibles à travers toute l’organisation, car chacun peut contribuer (aux conversations visibles), indépendamment de leur domaine ou de leur poste ;
  • intégrer des collaborateurs au point exact de la conversation où cela est nécessaire, avec l’ensemble du contexte de celle-ci mis à disposition, ce qui rend la communication beaucoup plus efficace que des dizaines d’e-mails retraçant tout l’historique ;
  • disposer d’une communication directe et améliorer ainsi notre environnement de travail, car communiquer s’avère complexe, d’autant plus si l’on doit passer par des intermédiaires qui peuvent générer (involontairement) des malentendus. Grâce à la communication sociale, il est des plus simples de nos jours de tenir un dialogue direct avec tous les acteurs de l’organisation susceptibles de nous aider à diffuser correctement nos messages. Nous aimons tous pouvoir échanger avec notre chef.

Des entreprises à travers le monde entier utilisent déjà ce modèle de communication, et invitent même leurs fournisseurs et clients à leurs plateformes de collaboration, créant ainsi un écosystème de collaboration tout au long de la chaîne de valeur.

Ceci dit, leur mise en œuvre ne constitue pas un problème de choix de la plateforme. Sous peu, je tenterai d’aborder le thème des procédures requises pour une adoption adéquate de la communication sociale au sein de l’organisation. En attendant, je vous fais part d’un point de vue général cocasse : les sites de réseautage social, tels que Facebook et Twitter, ont « formé » au cours des dernières années nos employés à l’utilisation de la communication sociale en commençant par un usage personnel. L’idée d’ouvrir au final les réseaux sociaux aux employés n’est donc pas une si mauvaise idée, vous ne trouvez pas ?