Devriez-vous devenir célèbre ?

Temps de lecture estimé: 5 minutes

Business team celebrating a triumphFin 2013, en pleine rue, un inconnu me salue par mon nom de famille, me serre la main, me rappelle notre prochain rendez-vous, et conclu par : « j’étais sûr que vous étiez un mec plutôt cool !».

Début 2014, je tente de joindre un ‘big’ CEO qui ne me connait pas, …la secrétaire m’annonce que le CEO ne prendra pas l’appel, mais qu’il désire un rendez-vous : « très vite !» aurait-il précisé.

Hier, un autre PDG m’avoue ne plus connaitre la raison de notre rencontre, mais se souvient très bien de ma pertinence potentielle : «…comme un pressentiment que je devais vous rencontrer ».

Que se passe-t-il ? Serais-je devenu célèbre ?

Bien que sur non !  Cela reste anecdotique, néanmoins force est de constater que mon cycle de vente moyen est passé de trois visites à deux visites pour conclure – et cela c’est tout sauf anecdotique !

Comment l’expliquer ? Par la quasi suppression de l’étape ‘Ice Breaking’. Car avant même, de m’avoir rencontré, mes interlocuteurs vérifient mon identité virtuelle, et mon image virtuelle. Si elles sont cohérentes sur l’ensemble des réseaux sociaux, les portes s’ouvrent, tout en y installant la confiance propice à la conclusion des affaires.Et pourtant, il m’a fallu seulement quelques mois pour devenir ‘quelqu’un’ sur web 2.0.

Au contraire de la réputation – qui est un acte involontaire car ‘on a bonne ou mauvaise réputation selon les points de vues’ – le Personal Branding est le fruit d’une réelle décision.

J Etre ou ne pas être J

Hier pour être vu, pour être connu, il fallait être très riche pour investir en communication . Aujourd’hui il suffit d’avoir quelque chose à dire et/ou de relayer des choses intéressantes dites par d’autres.

Encore faut-il le faire, …et ce de manière ultra-régulière via les réseaux sociaux.

Avec web 2.0, la ‘célébrité-crédibilité’ est à portée de souris. Pire, si vous ne faites pas cet effort, un concurrent le fera, et deviendra plus ‘célèbre-crédible’ que vous, et c’est lui qui réduira son cycle de vente. En prospection commerciale, j’arrive maintenant à être ‘désiré et attendu’, plutôt qu’avoir à ‘imposer’ un rendez-vous.

Je n’ai pas dit que cela été ‘facile-facile’ pour y arriver, ni non plus que c’était arrivé du jour au lendemain – le ‘Personal Branding’ ressemble d’ailleurs plus à un marathon qu’à un sprint.

Cependant, je suis arrivé à ce résultat sans avoir rien d’extraordinaire, au sens que je n’ai rien de plus que vous. Je suis juste ‘différent’ comme tout chacun d’entre nous.

Je dirais même plus, nous avons le même atout : nous sommes tous l’avantage d’être ‘différent’.

Rappelons-nous que c’est souvent cette différence, qui fera la différence au moment où le client signera.

Le ‘Personal Branding’ n’est pas faire de l’autopromotion, mais bien de faire de l’autodifférenciation.

Rappelons aussi, que l’objectif du ‘Personal Branding’ n’est pas de devenir une célébrité internationale, mais d’augmenter sa notoriété dans son secteur d’activé, et d’améliorer ainsi son efficience commerciale.

Construire une ‘Personal Branding’ forte est devenu une exigence commerciale. Construire votre propre marque personnelle est aussi l’une des meilleures manière d’augmenter la notoriété de votre employeur.

Avant l’émergence du web 2.0, le tiercé gagnant dans l’ordre était: Vous, Votre Offre, Votre Enseigne.

Avec web 2.0, c’est juste pareil: Augmenter votre capital sympathie, c’est fortifier la qualité de votre offre, et impacter la notoriété de votre enseigne.

Philippe Deliège (@estocadaPhil), fondateur de http://www.estocada.be en 2009. ‘Vendre Mieux’ est le véritable ADN d’estocada. Est l’auteur de l’ouvrage ‘Mon commercial est mort, vive le commercial 2.0’ qui explique l’impact des réseaux sociaux sur le métier de commercial’. Sur base des conclusions de cet ouvrage, estocada a développé un concept d’avatar commercial qui permet de démultiplier la présence des commerciaux sur les réseaux sociaux.