Actualisations de octobre, 2013 Afficher/masquer les discussions | Raccourcis clavier

  • Matthieu Pinauldt le 16/10/2013 à 10:40 Permalien | Répondre
    Mots-clefs: Employés, McDonald, Stratégie marketing,   

    Les coulisses de l’entreprise, un levier marketing efficace 

    McDonald-videoOn assiste depuis peu à une transformation de la vision des modes de communication entre l’entreprise et son public. Des coups de pubs récents mettent en avant la réalité des produits et des personnes qui les composent et cherchent ainsi à mettre la marque sur un pied d’égalité avec ses consommateurs.

    Il suffit de voir les résultats en terme d’image d’une vidéo virale de McDonaldBehind the scenes at a McDonald’s photo shoot) – pour se rendre compte du formidable impact de cette stratégie.
    Chez McDonald, la directrice Marketing Canada répond à la question d’un internaute « Pourquoi votre nourriture a un aspect différent dans les publicités par rapport à ce que l’on trouve dans les restaurants ? » en documentant les dessous d’une séance photo de ses hamburgers, reconnaissant ainsi la déformation de la réalité.

    En plus d’avoir explosé le nombre de visites, les critiques sont positives et la vidéo a été partagée de façon virale sur toute la toile.

    Les clés du succès sont limpides :

    • Une relation de proximité est créée avec l’entreprise en développant un lien de personne-à-personne. Il rappelle un fait que la publicité traditionnelle a longtemps cherché à faire oublier : l’entreprise est composée d’hommes et de femmes « ordinaires ».
    • La marque semble dévoiler sa véritable face, pas celle qu’elle travaille à coup de Photoshop (ce qui ne rend plus personne dupe), mais plutôt la réalité d’un ensemble de collaborateurs travaillant pour un produit.
    • La transparence démontrée permet de « dédiaboliser » une pratique critiquée et ainsi améliorer l’image de marque.
    • C’est surprenant et insolite !

    Du buzz au véritable changement organisationnel

    Bien sur, il s’agissait de créer le buzz pour la promotion de Our Food, your Questions mais au-delà de ce coup de pub il est possible de détecter une véritable tendance pour le marketing de demain, permettant d’engager durablement les consomma(c)teurs: Une communication transparente mettant en scène les  « vraies » personnes à l’origine de ce que vous consommez.

    À l’heure des réseaux sociaux et des consommateurs en recherche de toujours plus de sens dans leur actes d’achats, il est indispensable de comprendre que votre entreprise n’est plus étanche : ce qui se passe à l’intérieur se reflète à l’extérieur… pour le bien de l’entreprise, des employés et des consommateurs !

    Imaginez le potentiel si chaque collaborateur était prêt à s’associer publiquement à la marque ou le produit pour lequel il travaille. Les conséquences incluraient :

    • Une humanisation de la marque permettant une communication de paire à paire entre les clients et les employés,
    • Un développement d’employés-ambassadeurs,
    • Un meilleur engagement des collaborateurs engageant leur réputation, autant les employés que les fournisseurs et partenaires.
    • La création d’un sentiment de confiance chez les clients.

    Mais afin d’arriver à de tels bénéfices, il faut bien comprendre l’importance du travail de fond nécessaire. Une telle stratégie suppose que

    • les collaborateurs s’approprient la mission et les valeurs de l’entreprise,
    • que ceux-ci se sentent valorisés dans leur tâche et par l’entreprise dans laquelle ils travaillent et
    • qu’une telle communication de paire à paire,  transparente et transversale existe déjà au sein de l’entreprise et avec ses partenaires.

    Seules les entreprises ayant pris conscience de la nécessité d’une évolution de leur organisation et des modes de communication interne acquerront la capacité de créer un lien de personne-à-personne indispensable au marketing de demain. Chez Zyncro, nous travaillons activement dans ce sens. Essayez le Réseau Social d’Entreprise et mettez en place l’environnement collaboratif que votre entreprise mérite.

     
  • Carlos Zapater le 03/07/2013 à 09:41 Permalien | Répondre  

    La vidéo est le nouveau contenu star 

    Temps de lecture estimé: 5 minutes

    j’ai récemment vu sur Ticbeat une infographie sur les prévisions audiovisuelles pour 2013, élément de communication pour Avaya. Après sa lecture, j’ai cherché à comprendre comment ces prédictions vont se matérialiser.

    La vidéo est partout … et continuera à l’être

    Ce fût d’abord une attraction,  elle est ensuite arrivée dans nos maisons, puis elle a sauté les pieds joints dans le monde du numérique et elle nous accompagne désormais 24-7. C’est le contenu star dans les appareils mobiles. Avec la mise en œuvre des réseaux mobiles à haut débit (4G, LTE), l’envoi d’une vidéo HD sur un appareil mobile n’est presque plus un rêve.  La vidéo continuera à nous accompagner partout et toutes les entreprises doivent être en première ligne. (la suite…)

     
  • Carlos Zapater le 08/05/2013 à 09:16 Permalien | Répondre
    Mots-clefs: , , ,   

    Vous utilisez HootSuite ? Ajoutez-lui Zyncro ! 

    Temps de lecture estimé : 2 minutes

    Il y a tout juste une semaine, nous avons lancé l’application de Zyncro dans l’annuaire HootSuite. En partenariat avec ce système leader du marché de gestion de réseaux sociaux destinés aux organisations et aux entreprises, vous pouvez utiliser votre réseau social interne à travers la même plateforme sur laquelle vous gérez vos réseaux sociaux externes.

    Ajoutez Zyncro à HootSuite et faites un pas de plus dans la socialisation de vos tâches. La vidéo que nous vous présentons montre tout ce que vous pouvez faire.

    Si vous êtes déjà utilisateur de HootSuite, la configuration se fait en deux clics. Et si vous ne l’êtes pas encore, inscrivez-vous pour commencer à profiter d’une autre façon de travailler avec Zyncro. Qu’attendez-vous ?

     

     
  • Cristina Aced le 11/04/2013 à 09:57 Permalien | Répondre
    Mots-clefs: , , , , , ,   

    Relations publiques 2.0 : 6 principes intemporels et 4 idées nouvelles 

    Temps de lecture estimé : 5 minutes

    Note de l’éditeur : nous accueillons une nouvelle auteure sur notre blog, Cristina Aced (@blogocorp) qui abordera aujourd’hui la communication 2.0 et les médias sociaux. Nous sommes ravis qu’elle vienne rejoindre notre équipe. Merci Cristina !

    Il existe six principes que tout responsable de la communication se doit de répondre :

    1. dire la vérité ;
    2. le prouver par l’action ;
    3. écouter le consommateur ;
    4. diriger avec le regard porté sur l’avenir ;
    5. maintenir les relations publiques comme si l’ensemble de l’entreprise en dépendait ;
    6. maintenir le calme, être patient et garder la bonne humeur.

    En fait, ces conseils ne sont pas les miens. Ils sont d’Arthur W. Page, qui fut vice-président des relations publiques chez AT&T et qui a contribué au développement des relations publiques modernes. M. Page fut l’un des premiers professionnels engagés dans une société en tant que responsable de la communication, pratique de nos jours très répandue.

    Il énonça ces principes de base au début du XXe siècle, mais ils auraient très bien pu être écrits à l’époque où nous vivons. Ils illustrent de façon pertinente que les fondements de la communication d’entreprise restent d’actualité et soulignent le besoin de connaître l’histoire pour comprendre le présent (et a fortiori l’avenir).

    Dans les relations publiques, il existe des aspects qui conservent toute leur force depuis leur origine, mais d’autres ont évolué (comme je l’explique sur mon blog, en espagnol, Relations publiques 2.0. Comment gérer la communication d’entreprise dans un environnement digital. Sans aucun doute, Internet et les médias sociaux offrent un nouveau terrain à la communication, qui se caractérise par :

    • La conversation. De nos jours, les rôles d’émetteur et de récepteur s’intervertissent en permanence. Les entreprises doivent cesser d’être vues comme de simples émettrices de contenus et doivent commencer à écouter activement leur public sur le Web.
    • La collaboration ouverte. Comme l’affirme Pierre Lévy, « Personne ne sait tout, tout le monde sait quelque chose », et les nouvelles plateformes numériques facilitent à ce propos l’échange de connaissances. Zyncro permet de créer des réseaux sociaux d’entreprise qui favorisent ce travail collaboratif.
    • L’économie de l’attention. Nous sommes entourés par un excès d’information. Par exemple, 72 heures de vidéo sont téléchargées sur YouTube… chaque minute. La difficulté ne réside pas dans la place qu’il est possible d’occuper sur le Web, mais de capter l’attention des utilisateurs.
    • Les nouveaux intermédiaires. Les médias sociaux permettent de toucher directement un public (une aubaine pour tout communicateur qui se doit). Toutefois, de nouveaux gardiens font leur apparition : les outils sociaux. Comme l’explique Eli Pariser, nous vivons dans une bulle de filtres. Google comme Facebook appliquent des filtres au contenu que nous recevons, et bien souvent nous n’en sommes même pas conscients. Par exemple, les mises à jour des personnes auxquelles nous appliquons le plus de « J’aime » sur Facebook sont celles qui s’affichent en premier.

    Comme on le voit, le Web social offre de nouvelles opportunités de communication et les professionnels des relations publiques devraient être prêts à les saisir. Cela dit, sans oublier les principes de base d’un bon communicateur : honnêteté, sincérité, empathie, etc. Arthur W. Page l’affirmait déjà au début du XXe siècle.

    Cristina Aced (@blogocorp) est journaliste et consultante en communication. Elle se spécialise dans le domaine du numérique et a publié plusieurs ouvrages sur le sujet. Son dernier en date est « Relations publiques 2.0. Comment gérer la communication d’entreprise dans un environnement digital (publié par l’UOC). Elle collabore en tant que professeure à l’Université Pompeu Fabra, à l’Université ouverte de Catalogne (UOC) et de l’Université Abat Oliba, entre autres. Elle anime depuis 2006 son Blog-o-corp.

    Vous aussi, favorisez dès maintenant le travail collaboratif dans votre entreprise.
    Démarrez votre Réseau Social d’Entreprise gratuitement et en quelques instants.

     

     
  • Bill Cushard le 10/04/2013 à 09:31 Permalien | Répondre
    Mots-clefs: , , communication dans l’entreprise, , , ,   

    Améliorons l’enseignement des techniques de vente à l’aide des réseaux sociaux d’entreprise 

    Temps de lecture estimé : 9 minutes

    Note de l’éditeur : nous avons le plaisir de vous présenter aujourd’hui un nouvel auteur du blog de Zyncro : Bill Cushard (@billcush). Il est auteur, blogueur et concepteur d’expérience d’apprentissage (LX, de l’anglais Learning eXperience) et démontre d’une vaste expérience pratique dans l’élaboration de programmes d’enseignement qui s’appuient sur des méthodes mixtes marquées d’un caractère social. Vous pouvez le suivre sur Twitter et sur Google+.

    D’après l’American Society for Training and Development (ASTD), les entreprises américaines dépensent 15 milliards de dollars par an en formation des techniques de vente. Pour autant, de nombreux bénéficiaires de cet enseignement trouvent leur formation inefficace ou peu utile. Ces conclusions risquent fort d’enrager les chefs d’entreprise, les obligeant à se demander ce qu’ils reçoivent en retour d’un investissement somme toute conséquent. Et il s’agit là de chiffres se limitant aux États-Unis. En comptant les entreprises du monde, l’on devrait arriver à des données qui font froid dans le dos. En raison de l’importance des fonds consacrés à la formation commerciale chaque année, il existe un fort intérêt à résoudre le problème de l’amélioration de l’efficacité de l’enseignement des techniques de vente dans les organisations.

    Comment les organisations peuvent-elles améliorer l’enseignement des techniques commerciales, afin de tirer pleinement parti de l’investissement important réalisé dans la préparation des forces de vente pour développer leurs activités ? En se basant sur cette étude, je crois qu’un potentiel très fort réside dans les réseaux sociaux d’entreprise (RSE).

    Les études s’orientent vers les RSE

    Dans un article de 2012, publié dans le Journal of Personal Selling and Sales Management (Journal de la vente personnelle et de la gestion des ventes), il est suggéré que l’avenir de la formation à la vente passe par l’individualisation, l’établissement conjoint, la base volontaire, l’adaptation aux besoins communs et l’enseignement adoptant plusieurs formes. Les auteurs recommandent ainsi que des futures études doivent se pencher sur différents types de méthodes d’enseignement technologique, notamment à caractère social, susceptibles de contribuer à améliorer l’efficacité de la formation des techniques commerciales.

    Les réseaux sociaux d’entreprise semblent répondre à ce besoin. C’est la raison pour laquelle je mène un projet de recherche pour ma thèse, avec pour thématique le test de la théorie sociale de l’apprentissage formulée par Etienne Wenger (1998). Je cherche à savoir s’il existe un lien entre la participation des nouvelles recrues commerciales sur un réseau social d’entreprise et les résultats obtenus en termes de ventes. En d’autres termes, si les agents commerciaux nouvellement embauchés, participant directement entre eux par le biais d’activités d’apprentissage social sur un réseau social d’entreprise, réalisent des ventes meilleures. Selon une théorie sociale de l’apprentissage, ce doit être le cas.

    Une théorie sociale de l’apprentissage : comment apprend-on ?

    Un élément clé d’une théorie sociale de l’apprentissage est que les gens apprennent à travers une dualité bidirectionnelle, entre la participation et la réification. La participation porte sur la communication, sur les activités ou sur les événements. Elle s’applique aussi bien aux individus qu’aux groupes. La réification désigne le processus de solidification de l’expérience de la participation sous la forme de ressources. En d’autres termes, l’apprentissage se produit lorsqu’il existe une certaine participation dans le cadre de conversations et des ressources disponibles sur un sujet précis.

    Place des réseaux sociaux d’entreprise

    Les réseaux sociaux d’entreprise s’adaptent parfaitement au besoin de participation et de réification. Pensez-y. Sur un réseau social d’entreprise, les personnes peuvent prendre part aux conversations de façon continue, et ces conversations peuvent mentionner des liens vers des ressources : ces conversations deviennent ainsi elles-mêmes des ressources (conversations réifiées) accessibles aux autres.

    Donc, si l’enseignement des techniques de vente constitue un processus continu d’habilitation d’une force de vente et si cet enseignement s’inscrit dans un processus de participation et de réification, les réseaux sociaux d’entreprise doivent représenter une plateforme fondamentale pour tirer pleinement parti de l’enseignement des techniques commerciales d’une organisation.

    Mais comment, me direz-vous ?

    Il existe de nombreuses façons de mettre en adéquation les réseaux sociaux d’entreprise pour venir en soutien de l’enseignement des techniques commerciales. Voici trois façons d’aborder le sujet :

    1. Trouver des experts : il n’est pas toujours facile de trouver la bonne personne possédant les connaissances les plus adaptées dans les moyennes et grandes entreprises. Il s’agit là d’un problème plus marqué dans les sociétés possédant des bureaux dans le monde entier. Un réseau social d’entreprise permet aux collaborateurs de trouver à travers le monde les compétences de personnes qu’ils n’ont jamais rencontrées.

    2. Poser des questions : il nous arrive à tous de nous retrouver coincés sur un problème particulier. Cela peut être lors d’une réunion de vente, d’un appel au support technique ou sur un gros projet faisant appel à de nouveaux acteurs. Parfois, nous ne disposons pas de toutes les réponses. Hors, sur un réseau social d’entreprise, nous pouvons poser facilement une question. Bien sûr, il est plus facile de s’adresser aux personnes assises à côté de nous, mais comment poser des questions à celles qui travaillent dans des bureaux différents ? Comment demander à celles que l’on ne connaît même pas en personne ? Un réseau social d’entreprise permet justement aux collaborateurs de poser des questions à n’importe qui dans l’organisation.

    3. Partager des ressources et des études de cas : si vous lisez un article sur un changement important apporté à l’industrie dont fait partie votre entreprise, il est possible de diffuser ce lien à tout le monde dans l’organigramme des ventes pour tenir l’équipe au courant. Pour mieux illustrer le billet, vous pouvez apporter quelques commentaires pour définir le contexte appuyant l’importance de votre article. Ces commentaires peuvent susciter un débat d’idées à même de toucher un groupe plus large du domaine commercial. En outre, vous avez la possibilité de partager un succès que vous venez d’obtenir grâce à une nouvelle technique de vente susceptible de bénéficier à l’équipe. Quelqu’un peut alors apporter des commentaires sur votre récit pour partager un éventuel échec encouru avec cette même technique. D’autres peuvent poser des questions complémentaires et évaluer si la technique est susceptible de fonctionner pour eux et comment ils peuvent l’appliquer à leur cas. Il s’agit là d’un cas de figure qu’aucune formation ne peut égaler.

    L’enseignement des techniques de vente ne se limite pas à une simple formation commerciale

    L’enseignement des techniques de vente ne se limite pas à une simple formation commerciale. En fait, Forrester le définit comme un processus continu qui offre aux commerciaux des conversations utiles avec les clients et les clients potentiels. Certes, la formation est essentielle, et mettre en place un processus de vente systématique l’est tout autant. Mais afin de favoriser et pérenniser un processus continu qui soutient la force de vente, un réseau social d’entreprise doit devenir une infrastructure fondamentale dans les efforts d’enseignement des techniques de vente. Indépendamment des sommes que les entreprises affectent à ce poste, les efforts visant à équiper la force de vente d’une manière durable doit représenter une priorité absolue.

    Comment utilisez-vous les réseaux sociaux d’entreprise pour soutenir vos efforts d’enseignement des techniques commerciales ? Faites-nous part de votre cas dans la section des commentaires ci-dessous. La flotte commerciale de Telefónica Amérique latine exploite Zyncro. C’est là notre meilleur exemple :-)

     

     
  • Gloria Díez le 04/04/2013 à 09:49 Permalien | Répondre
    Mots-clefs: , , , , ,   

    Les 10 clés de l’avenir mobile des réseaux sociaux d’entreprise 

    Temps de lecture estimé : 6 minutes

    Note de l’éditeur : nous sommes heureux de pouvoir accueillir aujourd’hui sur notre blog une nouvelle collaboratrice. Gloria Díez (@globadoo) dirige l’équipe de Londres chez Wamba où elle prend en charge la stratégie marketing globale et le développement des activités internationales de la société. Elle a vécu dans de nombreuses villes à travers le monde, parle six langues et a obtenu un MBA en Internationalisation des entreprises. C’est un plaisir de pouvoir compter sur elle dans Zyncro. Nous vous souhaitons la bienvenue.

    L’avenir mobile des réseaux sociaux d’entrepriseLa socialisation entre employés dans le monde de l’entreprise se déplace progressivement vers les plateformes mobiles. Nouvel outil complémentaire sur le lieu de travail, le réseau social d’entreprise n’échappe pas à la fièvre mobile.

    1. Les réseaux sociaux d’entreprise mobiles sont déjà là. Le trafic mobile gagne du terrain dans toutes sortes de réseaux sociaux. Dans notre système Wamba, environ 30 % des utilisateurs se connectent via la version mobile de notre application Mamba pour iPhone, Android et Windows. La tendance ne fléchit pas de mois en mois. Nous n’avons pas à chercher bien loin pour trouver un bon exemple dans le monde de l’entreprise : l’application mobile de Zyncro et ses applications sur mesure comme l’application « App on » pour la gestion mobile de l’équipe commerciale de Telefónica dans 14 pays, ou l’application pour la Chambre de commerce de Barcelone qui met en relation 15 000 entreprises.

    2. 87 % de la population mondiale dispose d’un appareil portable, la Chine étant le pays comptant le plus de smartphones (246 millions), suivie des États-Unis avec 230 millions d’appareils. Au cours des trois dernières années, 300 000 applications ont été développées et l’on estime que d’ici 2017, le marché mondial des applications représentera 14,5 milliards d’euros. L’Europe a connu un taux de pénétration des smartphones de 55 %, Espagne en tête avec 63 %, devant le Royaume-Uni (62 %), la France (51 %), l’Italie (51 %) et l’Allemagne (48 %), selon ComScore.

    3. Nous sommes dépendants. Selon Nokia, nous consultons notre téléphone 150 fois par jour en moyenne, six minutes et demie par heure où nous sommes éveillés.

    4. Moyen de communication naturel des nouvelles générations. Sous une autre optique, il s’agit de l’avenir du marché du travail. Selon Internet sans crainte, projet soutenu par l’Union Européenne, 70 % des adolescents de plus de 12 ans, proportion qui monte à 95 % pour les jeunes entre 15 et 17, possèdent un téléphone portable. Selon Comscore, 31 % des utilisateurs de réseaux sociaux passent par le portable.

    5. Une partie croissante de l’utilisation d’Internet sur les smartphones revêt un caractère social. Au Royaume-Uni, selon la très officielle association GSM, les usagers accédant à Facebook à travers leur appareil mobile le font pour une durée équivalente à leur accès depuis leur ordinateur, avec un nombre de fois résolument supérieur par le biais du dispositif portable. Selon Comscore, 30 % des utilisateurs de téléphones portables en Europe ont accédé à un réseau social ou à un blog au cours du deuxième trimestre de 2012, dont près de 26 % de ce collectif furent des Français.

    6. Croissance rapide de la consultation des e-mails sur le portable. La proportion des emails ouverts sur des appareils portables a atteint 41 % au cours du second semestre 2012, et est en bonne voie pour dépasser l’usage sur l’ordinateur à la fin de l’année en cours.

    7. Effet « Double Screen ». Le mobile est devenu en peu de temps le « gadget » qui aura su détourner notre regard de l’ordinateur. Et qui n’a pas regardé le portable au travail « plusieurs fois » jette la première pierre (il est temps d’arrêter de jouer au dur, de jeter son bon vieux téléphone et de s’acheter un smartphone).

    8. Confort et autonomie. Pour les collègues qui passent leur journée de réunion en réunion ou pour répondre à ces détails oubliés de dernière minute qui vous reviennent juste avant d’entrer au cinéma, le contact à travers le téléphone s’avère des plus pratiques, car il suit toujours son utilisateur et n’oblige pas à disposer obligatoirement d’une connexion Wi-Fi.

    9. Fonctionnalités de géopositionnement. Sans aucun doute, le plus grand avantage du portable lié à la socialisation est la possibilité de localiser ses interlocuteurs. Les services de localisation permettent de trouver une collègue dans la rue avant d’assister à une réunion, de recevoir une notification lorsque vous vous attendiez à rencontrer un compagnon alors qu’il est retourné à son bureau, de savoir où a lieu le forum qu’une partenaire documente à renfort de photos ou à voir de quels locaux de l’entreprise un collègue particulier met à jour des informations mais que vous n’avez jamais rencontré en personne. La géopositionnement se pose en outre en nouvel outil pratique dans la gestion des ressources humaines.

    10. Le téléphone portable en passe de supplanter l’ordinateur au travail ? Malgré le succès qu’il remporte, il semble peu probable qu’il puisse un jour remplacer le confort qu’offre l’ordinateur de bureau. Toutefois, dans les tâches logistiques ou de vente, son effet pourrait être plus sensiblement notable.

     
    • Pierre-Jean Le Cunff le 09/04/2013 à 00:18 Permalien | Répondre

      Outch, 10 vérités en une page, un bon travail journalistique qui s’appuie sur des publications et des statistiques mais qui mériterait à mon avis d’être enrichi par des enquêtes sur le terrain pour être plus authentique et moins j’évoque mon produit , non ?

  • Matthieu Pinauldt le 17/10/2012 à 09:44 Permalien | Répondre  

    Webinar: Créez un réseau social privé pour votre entreprise et faites interagir vos clients, partenaires, fournisseurs 

    Temps de lecture estimé : 3 minutesWebinar

     

    Après le succès de son 1er webinar français, Zyncro organise une nouvelle classe sur l’adoption d’un réseau social privé pour faire interagir vos clients. partenaires, fournisseurs, …

     

    Inscrivez-vous dès maintenant
    et apprenez à fidéliser les membres gravitant autour de votre entreprise

    Qu’apprendrez-vous?

    Le réseau social privé représente le futur de la communication entre l`entreprise et l`extérieur et permet de faire interagir les clients, mais aussi les partenaires, les fournisseurs ou même les actionnaires.

    Vous souhaitez savoir:

    • Pourquoi un réseau social privé est surement la solution pour garder votre avantage compétitif?
    • Quels sont les types d`utilisation et pour quelle cible?
    • Quelle stratégie mettre en place afin de lui donner toute sa valeur?

    Vous aurez toutes les réponses à ces interrogations – et bien plus encore – à travers ce webinar.

    Quand a lieu ce webinar ?

    Ce webinar commencera le Jeudi 25 Octobre à 12h30 et durera 30 minutes.

    Qui mènera le webinar ?

    Le webinar sera mené par Matthieu Pinauldt, chef marketing regional chez Zyncro.
    Diplomé de l’Université Paris Dauphine et de l’Institut National de Sciences et Techniques Nucléaires, Matthieu a travaillé dans des sociétés de différentes tailles, de sa propre start-up aux fleurons de l’industrie française. Ses spécialités concernent la collaboration interne, les réseaux sociaux et les thèmes liés à l’innovation.

    Comment puis-je participer ?

    Rien de plus simple ! Inscrivez-vous directement en cliquant sur ce lien.

     

    Êtes-vous prêts à découvrir les clés de la communication sociale de votre entreprise avec l’extérieur?
    Nous vous attendons !

     

     
  • Mila Nikolova le 06/07/2012 à 09:00 Permalien | Répondre
    Mots-clefs: agences, , , marketing en ligne,   

    Votre agence est-elle 2.0 ? 

    Temps de lecture estimé : 5 minutes

    Nous vivons dans un monde où la communication n’a que peu en commun avec ce qu’elle était il y a seulement 5 ans, pour ne pas dire ce qu’elle était 15 ou 20 ans auparavant. Si avant nous envoyions des lettres, puis des courriels, nous envoyons désormais des messages par WhatsApp et Facebook. Si avant nous allions au cinéma, la diffusion en continue en ligne (streaming) est aujourd’hui une réalité et nous possédons des équipements de home cinéma et même des téléviseurs 3D. Si avant nous nous orientions à l’aide d’une carte, nous nous fions maintenant au GPS ou à Google Maps sur notre smartphone pour ne pas nous perdre.

    Toutefois, les développements que nous avons adoptés rapidement sur un plan personnel ont toujours tardé à s’intégrer dans nos habitudes professionnelles. Tout a commencé avec la révolution de la messagerie électronique qui, peu à peu, a supplanté le courrier traditionnel et s’avère sur le point de faire également disparaître la télécopie.

    Au cours des deux dernières années, les outils 2.0 commencent à poindre dans les bureaux et, ce qui est pour le moins étonnant, les agences ne révolutionnent pas exactement la façon de travailler.

    Une agence de communication, qu’elle œuvre dans le marketing, dans la publicité ou dans les relations publiques, se voue à créer ou à transformer le message des marques pour l’adapter aux médias, canaux et, bien sûr, publics cibles. Ce que j’ai pu observer depuis le boom de la communication numérique, c’est que les agences en Europe tardent plus qu’elles ne devraient à adapter leurs structures et leurs stratégies aux évolutions technologiques. C’est d’autant plus criant pour les agences s’adressant à un public massif (Above-The-Line). Plus que de leurs campagnes proprement dites, je parle de leurs rouages internes. Si leurs collaborateurs n’ont pas bien ancrées à l’esprit les possibilités infinies qu’offre le monde 2.0, il leur sera bien difficile d’aider leurs clients à susciter l’engouement sur les nouveaux médias.

    Quand j’ai découvert Zyncro, l’une des premières pensées que j’ai eues, en tant que professionnelle de la communication, fût qu’il s’agissait de l’outil idéal pour une agence de publicité. Pourquoi ?

    1. Briefing et contre-briefing 2.0 : les courriels et les réunions longues, c’est fini. Il suffit de créer un groupe de travail pour le client, de l’y inviter et d’échanger les informations dans l’espace dédié aux documents. Vous pouvez créer des discussions créatives, ajouter des liens, des photos, etc., et même créer un flux de travail, souvent appelé aussi workflow, pour le processus d’approbation.
    2. Processus créatif : il n’y a pas meilleur moyen pour connaître l’état des développements créatifs. En cas de collaboration avec des designers indépendants, il est également possible d’utiliser l’intégration avec le gestionnaire de projets et de tenir à jour le temps passé, l’état des tâches et le budget. En plus, le transfert d’images, de présentations et de vidéos volumineuses sur Zyncro se fait facilement. Il n’est même pas nécessaire de les télécharger ensuite sur le disque dur : Zyncro Video Player est là pour ça 😉
    3. Facturation : là encore, le module de flux de travail, ou workflow, s’avère fort utile pour établir le processus d’approbation par le client, pour le transmettre au chargé de compte, puis à l’administration. Et tout cela est conservé dans les nuages.

    Il existe aussi une myriade d’outils peu onéreux qui, combinés à un réseau social d’entreprise, peut faciliter grandement la vie de l’agence, entre autres :

    • Comapping.com est un outil pour créer des cartes heuristiques, qui devrait devenir un outil incontournable pour les planificateurs dans un avenir proche.
    • Join.me évite les déplacements superflus en offrant la vidéoconférence à faible coût.
    • Zoho Invoice facilite la gestion des factures aux services Grands comptes et Comptabilité.

    Et votre agence, utilise-t-elle déjà quelques uns de ces outils ? Est-il prévu de les intégrer ? Participez à la révolution du Social Business et évoluez vers le 2.0

     

     
c
Écrire un nouvel article
j
Prochain article/commentaire
k
Article/commentaire précédent
r
répondre
e
modifier
o
Afficher/masquer les commentaires
t
haut de page
l
se connecter
h
Afficher/masquer l'aide
maj + esc
Annuler