Mots-clefs: communication interne Afficher/masquer les discussions | Raccourcis clavier

  • Billie Lou Sastre le 30/01/2013 à 09:41 Permalien | Répondre
    Mots-clefs: communication interne, leaders internes, ,   

    Les 5 caractéristiques que doit avoir un leader d’opinion dans votre réseau social d’entreprise 

    Temps de lecture estimé : 3 minutes

    Caractéristiques d’un leader internePour que votre réseau social d’entreprise fonctionne parfaitement, vous devez être en mesure de détecter les acteurs susceptibles de le dynamiser, et les encourager à construire et contribuer à diriger le projet. Nous avons abordé à plusieurs reprises l’importance de la participation, la mise en place d’un plan des contenus, sa pleine mise en œuvre. Pour ce faire, il est primordial d’identifier les personnes clés au sein de votre entreprise, des Community Managers internes qui aident à alimenter les esprits, à générer du contenu diffusé de façon virale et de l’engagement interne. Nous partageons aujourd’hui les 5 caractéristiques que ces team players doivent avoir pour que vous puissiez les repérer plus facilement et les inviter à participer au projet :

    1. Empathie. Un leader interne est capable de percevoir les besoins de ses collègues. Il sait écouter et identifier les besoins de l’organisation. La capacité d’empathie est indispensable au comportement social. Une personne faisant preuve d’empathie sait ce qu’un interlocuteur ressent, ce qui peut conduire à une meilleure compréhension et à une prise de décision plus adaptée.
    2. Esprit d’initiative. Qui fait preuve d’initiative tend à générer des projets et des propositions, à favoriser souvent l’esprit d’entreprise. L’individu doté d’une telle qualité tend à anticiper au moment d’agir et/ou de parler face aux autres. Il ne demande pas avant d’agir. Il prend des décisions, propose des idées créatives et fait preuve d’enthousiasme au moment de participer.
    3. Volonté de partager l’information. Nombreux sont ceux et celles qui croient que l’information est synonyme de pouvoir, et que le garder représente un actif précieux. Il s’agit là de la crainte que le réseau social d’entreprise doit briser : un bon leader interne sait l’importance du partage avec tous ses collaborateurs et de la co-création des connaissances, ce qui génère de la valeur tellement nécessaire à la croissance de l’entreprise.
    4. Charisme. Le charisme représente le don d’attirer l’attention et d’être apprécié par ses pairs. La personne charismatique s’intéresse véritablement aux autres. Le charisme est la pierre angulaire de l’excellence.
    5. Innovation. Un bon leader interne est toujours à la recherche de façons inédites et meilleures de faire les choses. Il recherche de nouvelles fonctionnalités pour faire grandir le réseau social interne. Il propose sans cesse des idées d’amélioration et les partage avec tout le monde.

    En bref, un leader interne est quelqu’un qui dirige naturellement les 6 CO : contribution, collaboration, co-création, communication, échange des connaissances, contact. Rappelez-vous que l’une des allégations de votre réseau social d’entreprise est que les employés ont la parole : ils peuvent apporter des commentaires sur les projets sur lesquels ils travaillent, ils peuvent intervenir sur les projets des autres, l’information circule transversalement dans le réseau de toute l’entreprise.

    Avez-vous déjà identifié les leaders de votre organisation ? Pensez-vous à d’autres qualités que nous n’avons pas abordées ? N’hésitez pas à les partager avec nous.

    Si vous n’avez pas encore essayé Zyncro, vous pouvez le faire gratuitement en cliquant ici et convertir votre entreprise en entreprise 2.0.

     
    • Benoit Pain le 30/01/2013 à 17:48 Permalien | Répondre

      En phase avec ces caractéristiques, je rajouterai un point d’attention particulier : très à l’aise à l’écrit. En effet, le rôle de CM interne comprend des points de contact physique et beaucoup de communication à l’écrit. On peut avoir une personne avec un fort charisme à l’oral qui se révélera un piètre leader à l’écrit (et vice versa !)

    • Matthieu Pinauldt le 30/01/2013 à 19:05 Permalien | Répondre

      Merci Benoit pour cet ajout.
      Il est vrai que les codes de communication des réseaux sociaux sont différents de la communication orale, et même si un réseau tel que Zyncro ne limite pas le nombre de caractères dans les messages, il s’agit d’être concis et clair selon la cible du message.

    • Pierre le 14/11/2013 à 11:50 Permalien | Répondre

      Bonjour, pour ma part j’ajouterai en pré-requis, Expertise reconnue et « indiscutable » ce qui permet d’asseoir la légitimité du CM…

  • Sara Jurado le 24/10/2012 à 09:59 Permalien | Répondre
    Mots-clefs: capital humain, communication interne, , , promesse, ,   

    Comment promouvoir l’engagement au sein de l’entreprise 

    Temps de lecture estimé : 4 minutes

    Le thème à la mode en marketing numérique est celui de l’engagement, c’est-à-dire de la fidélisation des clients utilisateurs à travers les réseaux sociaux. Mais je voudrais redonner un autre sens à ce terme utilisé depuis longtemps dans les ressources humaines. Parce que, de même que nous recherchons à établir des liens avec nos clients, il est important, en ces temps de profonds changements et peut-être plus que jamais, d’obtenir l’engagement de la part des employés. Après tout, ces « clients internes » doivent faire l’objet d’une attention égale à celle que l’on porte à ses clients externes… Et lorsque l’environnement socio-économique n’est pas favorable, il est bon de savoir qu’établir des stratégies de motivation au travail peu coûteuses améliorant tant le moral que la productivité des travailleurs est aussi possible. En effet, d’après des données publiées par Gallup, les entreprises dont les employés démontrent un fort engagement envers l’organisation font état de ventes supérieures de 50 % et une rentabilité de plus de 27 %.

    Mais, que l’entreprise doit-elle communiquer pour promouvoir l’engagement de ses employés ?

    L’infographie suivante, préparée spécialement pour l’article, nous révèle quelques points à prendre en considération dans les stratégies des médias sociaux pour s’orienter à cet égard :

    • la vision et les valeurs organisationnelles ;
    • les objectifs de la compagnie, des employés par poste, équipe, service, etc. ;
    • la gestion économique de l’entreprise ;
    • les produits, les services et les procédés en cours d’élaboration ;
    • l’avancée des projets ;
    • ce qui se passe à l’intérieur de l’entreprise (mises en place des domaines, restructuration des domaines, etc.) et à l’extérieur (incidence du marché du travail et des concurrents, etc.) ;
    • les politiques de responsabilité sociale des entreprises ;
    • les informations sur la santé au travail ;
    • les canaux de communication internes (pour poser des questions, apporter des commentaires, faire part d’incidents, etc.) ;
    • les contributions du personnel et la reconnaissance des aptitudes ;
    • les avantages sociaux et ceux en nature ;
    • les opportunités professionnelles et de formation ;
    • tout autre élément n’étant pas strictement en rapport avec les activités professionnelles (ressentis, activités sociales à l’intérieur et à l’extérieur de l’entreprise, etc.).

    À l’ère du Web 2.0, il est temps de passer des boîtes à suggestions et de la photo de l’« employé du mois » aux nouvelles formes de communication avec le personnel, pour inciter aussi bien à retenir qu’à renforcer le capital humain. Deloitte, entreprise dans laquelle plus de 3 000 travailleurs maintiennent des blogs sur son réseau social D Street, a pu démontrer avec succès cette approche en son sein. Il en va de même pour Evernote, où le téléphone n’est pas installé dans chaque bureau mais où des terminaux de vidéoconférence sont prévus ; de même, un écran géant relaie ce qui se passe au siège pour que les employés qui n’y travaillent pas aient l’impression d’y être quand même. Quelles options 2.0 mettriez-vous en œuvre dans votre entreprise ? Si vous avez besoin d’idées… demandez sur votre Zyncro ! :)

    Sara Jurado est psychologue spécialisée dans l’orientation et les médias sociaux appliqués au développement professionnel et, actuellement en parallèle, conseillère d’orientation professionnelle à la pépinière d’entreprises Barcelona Activa (blog en catalan).

     

     
    • Alexis le 08/11/2012 à 08:18 Permalien | Répondre

      Attention tout de même, à ne pas tomber dans des idées gestionnaires qui font de l’engagement un des rouages d’un politique d’excellence.

  • Pablo Fuentes le 17/07/2012 à 09:00 Permalien | Répondre
    Mots-clefs: communication interne, , , travail en équipe   

    La théorie du baby-foot : trois clés de la communication interne et du travail d’équipe 

    Temps de lecture estimé : 4 minutes

    Introduction : un collègue de travail m’a fait part de cet article de Pachi Lanzas, expert en communication interne jouissant d’une longue expérience dans le domaine au sein de compagnies telles que Banco de Santander, Acciona ou Vodafone Espagne, entre autres. M. Lanzas a écrit ce billet en pensant aux exemples de relations en entreprise (de son blog en espagnol Relatos Corporativos) dont il a été témoin, ce qui est un honneur pour nous qu’il puisse les partager avec nous.

    Le travail d’équipe. Facile, non ? Nous travaillons tous en équipe. Nous avons reçu des milliers d’heures de formation, nous les mentionnons dans nos CV… Il faudrait être fou pour dire que l’on ne travaille pas en équipe. Vous imaginez-vous la tête de celui ou de celle des ressources humaines lors de l’entretien d’embauche si vous lui disiez que vous ne savez pas travailler en équipe ?

    Nous le faisons tous, c’est là une évidence. Dans une entreprise, nous partageons tous les mêmes buts, les mêmes stratégies, les mêmes valeurs. Les consultants en communication interne ont bien fait leur travail et nous le savons par cœur. Mais cela veut-il dire pour autant que nous travaillons en équipe ? Ma perception, mais je peux bien sûr me tromper, c’est que la théorie du baby-foot s’invite dans la plupart des cas du travail en équipe.

    Vous avez sûrement déjà joué au baby-foot, non ? Ou du moins, vous avez suivi une partie entre des proches. Au baby-foot, chaque ligne est responsable de sa zone. Quand elle reçoit la balle, elle la gère. Tous les joueurs ont le même objectif : gagner le match. Tous « collaborent » et se passent la balle, défendent, etc. Mais travaillent-ils en équipe pour autant ? Non.

    Pour travailler en équipe, vous devez vous mettre dans l’optique des autres unités de la structure. Vous devez « sortir de votre zone » et vous mélanger aux autres, savoir ce que vos collègues font, comment vous pouvez mieux collaborer et comment créer ce que nous appelons des « synergies ».

    Et la communication interne dans tout ça ? Comment peut-elle venir en soutien du jeu « d’une ligne à l’autre » ? Je suggère trois points :

    1. Les réseaux sociaux : il existe de nombreuses expériences qui ont donné de bons résultats. De nos jours, il semble plus logique d’utiliser les fonctions qu’offrent les réseaux sociaux (voir en espagnol l’article Cinco claves para enfocar un modelo de comunicación interna 2.0, Cinq points sur lesquels se concentrer pour un modèle de communication interne 2.0 efficace) pour améliorer les flux d’information internes.
    2. La modélisation des interactions entre les domaines : que certaines lignes sachent passer la balle à d’autres ne signifie pas qu’elles se connaissent, ni qu’elles interagissent. Il est donc nécessaire de modéliser les interactions entre les différents domaines de la structure.
    3. L’analyse et le plan d’action : c’est là où nous, les consultants, nous situons bien évidemment. Loin de moi l’idée de mettre dans ce billet ce que je ferais dans chaque type d’entreprise, tout simplement parce que je ne crois pas aux formules toutes faites qui marchent à l’identique pour tout le monde. Dans chaque cas, il convient de réaliser une analyse sérieuse et raisonnable qui permet ensuite d’en conclure un plan d’action.

    Le baby-foot est un jeu particulièrement amusant. Si vous donnez à un groupe de jeunes une PlayStation et un baby-foot à côté, 85 % choisira le baby-foot (j’ai bien sûr essayé moi-même). Mais le monde de l’entreprise n’est pas vraiment un jeu et s’avère même beaucoup moins amusant.

    Pablo Fuentes est responsable de la communication interne de Telefónica sur le marché de l’Amérique latine. Son blog en espagnol, relatoscorporativos.com, propose des stratégies adaptées et offre des idées pour mettre en œuvre des systèmes de communication 2.0 et les dernières tendances en matière de communication en entreprise.

     

     
  • Josep Baijet le 22/05/2012 à 14:07 Permalien | Répondre
    Mots-clefs: , communication interne, ,   

    Les 5 piliers des Social Methods (ou pourquoi utiliser un réseau social d’entreprise?) 

    Temps de lecture estimé : 7 minutes

    Voici la méthodologie pour mettre en place un réseau social d’entreprise comme Zyncro.
    Nous vous proposons la piste de réflexion suivante : quelle est l’importance et la nécessité d’implémenter un logiciel Social dans une Entreprise?

    Nous avons voulu mettre en avant 5 concepts explicites.
    Ils sont présents dans ce que nous avons appelé les SocialMethods (de ZyncSocial) qui forment sa colonne vertébrale :

     

    1 – Gestion de projets : La facilité avec laquelle on utilise les médias sociaux peut conduire à la déception. D’un côté une facilité d’utilisation et de l’autre le fait que tout le monde puisse faire ce que bon lui  semble. Vous devez planifier, déterminer des stratégies et coordonner des missions. Désigner un chef de projet. Le département IT par exemple, qui est familier avec ces outils.

    2 – Gestion du changement : de Plus en plus de personnes travaillent  sur des environnements 2.0, mais malheureusement une partie encore importante de la  population  ne connait pas les médias sociaux et ont besoin d’aide.

    Si nous ignorons ce fait, notre projet peut-être voué à l’échec en raison de résistances internes que nous pouvons rencontrer.
    Pour éviter cela, nous devons chercher la complicité politique, tenir compte des personnes, comprendre pourquoi ils peuvent rejeter l’outil ou le projet… il faut communiquer encore et encore.

    3 – Marketing interne : Dynamiser, lui donner des couleurs et le rendre attractif , si vous voulez que les personnes prennent au sérieux le projet et le marketing interne. Mettez un nom sur le projet et encouragez la participation à travers des jeux, des concours, le community management et autres initiatives agréables (gamification). Il ne faut pas banaliser le projet comme quelque chose de trivial, et surtout pas comme un « autre Intranet » encore utilisé dans l’Entreprise.

    4 – Support : Les personnes sont au centre d’un projet « RSE » .Par conséquent, elle doivent savoir vers qui se tourner, et vers qui s’adresser en cas de problèmes ou de besoin d’aide (technique ou dans l’utilisation).
    Gardez à l’esprit que le niveau de chaque utilisateur est inégal selon les personnes, si une des personnes à des craintes ou des difficultés, n’envoyez pas de courrier, rendez-vous plutôt auprès d’elle pour l’aider et la former. Créez un bureau ZyncroUser.

    5 – Surveillance et contrôle : Tout projet doit être suivi avec des indicateurs, au moins les plus élémentaires : les coûts, le temps, la satisfaction des utilisateurs, de la direction et du personnel.
    Regardez ces constantes et si vous voyez que cela se dégrade, remédiez-y.

    Ce sont ici les 5 piliers qui soutiennent les SocialMethods, mettre les responsabilités sous ces  5 perspectives en les maintenant tout au long du processus de mise en œuvre du réseau social d’entreprise.

    (Hé oui, les responsabilités, désignant ici, les noms et prénoms. Pour évaluer la bonne mesure de l’engagement pour le projet).

     

    Synthèse des 5 piliers de SocialMethods :


    Nous partageons notre expérience avec vous. Après les interventions chez nos clients, nous avons pu identifier cet objectif, nous avons vu que la majorité des entreprises ont choisi parmi les 16 objectifs décrits ci-dessous :

      1. Co-créer : Pour créer ou modifier des produits/services à un travers un processus de collaboration avec les clients et des fournisseurs
      2. Collaborer : Augmenter l’aspect collaboratif de l’entreprise dans ses processus, décisions et activités
      3. Résolution des conflits : Résoudre des situations de conflits entre les parties de la société
      4. Engagement : Pour atteindre un niveau d’engagement plus élévé avec le personnel de l’entreprise
      5. Amélioration des processus : Profiter des outils de collaboration afin d’apporter des améliorations aux processus actuels de l’organisation
      6. Gestion des connaissances : Augmenter les chances de trouver les meilleures ressources de l’entreprise pour déterminer les actions en fonction de son expérience et de ses connaissances
      7. Gestion des documents : Améliorer les processus de gestion de documents de l’organisation : facilité de trouver des informations
      8. Communication externe : Améliorer la communication des différents éléments (nouvelles, changements, etc) avec les clients et fournisseurs.
      9. Innovation : Création d’idées nouvelles afin d’améliorer l’organisation, l’étude et si possible, les mettre en œuvre
      10. Fomation : Améliorer les systèmes d’apprentissages de l’entreprise
      11. Relation entre les personnes : Aider à améliorer et développer des connaissances avec les différents acteurs de l’entreprise
      12. Le mentoring : Développer les processus de soutien au sein de l’organisation
      13. Workflow : Créer des processus de workflow dans l’entreprise
      14. Gestion de projet : Gestion de projets plus efficace.
      15. Gestion des affaires : Établir la gestion des opportunités et service à la clientèle grâce à des outils de collaboration interactifs
      16. Productivité personnelle : Focus sur l’amélioration de la productivité de chaque personne dans l’utilisation de systèmes de collaboration

    Quels sont les objectifs de votre entreprise?

    Vous pouvez en choisir un ou deux, nous ne recommandons pas d’être plus ambitieux, la sélection doit être réaliste.

    Chacun de ces objectifs nécéssite la planification et l’éxécution de tâches qui conduisent à les obtenir et c’est pour ça que vous avez créé les SocialMethods ZyncSocial, prêt à exécuter les plans choisis par la société.

    Pour chaque type de projet, un plan, un modèle dans le temps, des ressources, des tâches et des coûts sont nécessaires pour y faire face.

    Dans le schéma ci-dessous, nous présentons les 16 SocialMethods:

    Dans un prochain post nous allons expliquer plus en détail ce que sont ces SocialMethods
    Mais en attendant vous pouvez répondre à cette question :

    Puis-je améliorer certains de ces aspects au sein de mon entreprise?
    Si la réponse est oui, n’hésitez pas : mettre un SocialMethod dans sa vie et, bien sûr … un réseau social d’entreprise.

    Si vous désirez obtenir de plus amples informations, s’il vous plaît contactez-nous via:
    contact@zyncro.fr

     
  • Patricia Fernández Carrelo le 12/01/2012 à 15:37 Permalien | Répondre
    Mots-clefs: , communication interne, événement interne   

    Zyncro pour les congrès professionnels. Cetelem, un cas exemplaire 

    Temps approximatif de lecture: 3 minutes

    Hier s’est tenu à Saragosse, en Espagne, le congrès #despegamos de l’entreprise Cetelem. Cet événement interne, réunissant plus de 250 participants, permet de réviser la stratégie de l’entreprise et de partager avec les managers les nouveautés et les lignes directrices.

    A travers un tel événement, les entreprise visent à:

    • Transmettre des informations au sujet de l’entreprise
    • Forger un esprit communautaire
    • Faire participer les cadres de l’entreprise à la prise de décision
    • Recevoir un feedback

    Aujourd’hui, nous sommes habitués à partager, commenter et transmettre. Le recours à un outil facilitant l’interaction entre les assistants et les conférenciers et permettant d’exprimer des opinions en temps réel de façon privée et sécurisé, assure le succès d’un tel évènement.

    Cetelem a fait preuve d’un esprit pionnier des plus innovants en décidant d’utiliser Zyncro pour canaliser la conversation entre les assistants, pour un résultat réellement enrichissant.

    Sur l’écran de Zyncro, projeté en permanence sur la scène, les assistants ont pu partager:

    • leurs doutes, leurs questions, leurs inquiétudes…
    • des commentairse au sujet des contenus
    • des remarques sur l’organisation de l’évènement
    • les phrases les plus marquantes
    • leurs opinions

    Plus de 300 messages ont ainsi fait de cet évènement un véritable forum d’idées enrichissantes et productives au sujet de l’entreprise.

    Dans cette nouvelle ère de la communication, Zyncro dote les entreprises d’outils pour canaliser et stimuler la communication interne de façon totalement personnalisée, agile, privée et sécurisée.

    Des entreprises pionnières comme Cetelem nous font déjà confiance.

    Pourquoi ne pas tenter l’expérience Zyncro dans votre entreprise?

     
  • Pablo Fuentes le 07/11/2011 à 13:26 Permalien | Répondre
    Mots-clefs: communication interne   

    Cinq clés pour aborder un modèle de communication interne 2.0 

    Temps approximatif de lecture: 5 minutes

    Note de l’éditeur : Cet article dans sa version originale a été publié dans le blog Relatos Corporativos le 29 novembre 2011. L’auteur,Pablo Fuentes, responsable de la communication interne de Telefónica en Amérique latine, a eu l’amabilité d’en autoriser la publication sur ZyncroBlog.

    Nous conseillons vivement à nos lecteurs de s’abonner au blog relatoscorporativos.com, qui recueille des stratégies et des idées précieuses pour instaurer des systèmes de communication 2.0, ainsi que d’autres tendances et comportements relatifs au monde de l’entreprise : communication, réputation, culture, leadership, etc.

    Fabienne se mord légèrement la lèvre inférieure après avoir lu le courrier de son responsable. Elle quitte des yeux l’écran de son ordinateur et pose son regard sur l’océan de gratte-ciels de Sao Paulo. En cinq ans à peine, l’ancienne consultante a gravi tous les échelons, a doublé le chiffre d’affaires et gère plus de six mille employés dans dix états. Elle et son équipe se trouvent face à un nouveau défi. Après avoir analysé d’autres entreprises, elle sait qu’un modèle de communication interne 2.0 peut l’aider. Elle sait aussi qu’elle doit faire une proposition au Comité de direction. Comment l’aborder ? On lui a parlé d’un blog, relatoscorporativos.com. Elle pose son café sur la table et clique :

    1. Déterminez le profil 2.0 de vos employés. En premier lieu, menez une enquête parmi vos collaborateurs pour évaluer dans quelle mesure ils connaissent et utilisent les outils 2.0, de Wikipedia à YouTube, en passant par Facebook, Twitter ou Linkedin. Cela vous aidera à définir une stratégie et à identifier les usagers avancés, dans les différents domaines, qui peuvent être impliqués dans le projet en tant que facilitateurs ou générateurs de contenu.
    2. Identifiez des besoins concrets de l’entreprise et des équipes et précisez en quoi les outils 2.0 peuvent s’avérer utiles. Pour cela, n’hésitez pas à vous aider de votre réseau de correspondants. Dans l’entreprise de Fabienne, le département commercial est dispersé géographiquement et les membres de l’équipe partagent en permanence des informations. Il est probable qu’un environnement blog et/ou de microblogging (certains outils dans cette ligne donnent déjà de très bon résultats) et une Wiki comme base de données partagées, leur permette de renforcer leur efficacité.
    3. Impliquez dans le projet des domaines clés, comme les RH, les TIC et le département juridique. La mise en œuvre du modèle 2.0 est jalonnée de multiples défis qui nécessitent une réponse précise, en matière de niveau de plateforme ou de propriété des contenus, par exemple. D’où l’importance de constituer un équipe polyvalente qui accompagne le développement du projet. Une implantation graduelle des outils permet d’en  détecter les atouts et les faiblesses.
    4. Instillez une culture numérique. Il est bon que les responsables soient les premiers à donner l’exemple dans l’utilisation des technologies 2.0, externes et internes. Reposez-vous sur ceux qui marquent des tendances et prouvez par des exemples concrets que la participation peut être utile à tous. Travaillez avec vos RH pour prévoir dans le plan de formation des séances sur le contexte et l’utilisation de ces médias sociaux.
    5. Imaginez une campagne créative, qui inclut au cadre professionnel des actions différentes, innovantes. C’est le cas d’une série de vidéos que Telefónica a réalisé pour vanter son Wiki interne en Amérique latine. Ces clips, où ont participé des employés, reflétaient avec humour des situations quotidiennes où la Wiki peut faciliter la tâche. Plus vous serez créatif et abordable, mieux vous aborderez ce qui fait le levier d’un modèle de communication interne 2.0 : stimuler la participation.

    Dans l’article original, vous trouverez également une vidéo de Telefónica vraiment drôle pour stimuler la participation des employés à la wiki. Jetez-y un œil!

     
c
Écrire un nouvel article
j
Prochain article/commentaire
k
Article/commentaire précédent
r
répondre
e
modifier
o
Afficher/masquer les commentaires
t
haut de page
l
se connecter
h
Afficher/masquer l'aide
maj + esc
Annuler