Mots-clefs: tendances Afficher/masquer les discussions | Raccourcis clavier

  • Gloria Díez le 04/04/2013 à 09:49 Permalien | Répondre
    Mots-clefs: , , , , , tendances   

    Les 10 clés de l’avenir mobile des réseaux sociaux d’entreprise 

    Temps de lecture estimé : 6 minutes

    Note de l’éditeur : nous sommes heureux de pouvoir accueillir aujourd’hui sur notre blog une nouvelle collaboratrice. Gloria Díez (@globadoo) dirige l’équipe de Londres chez Wamba où elle prend en charge la stratégie marketing globale et le développement des activités internationales de la société. Elle a vécu dans de nombreuses villes à travers le monde, parle six langues et a obtenu un MBA en Internationalisation des entreprises. C’est un plaisir de pouvoir compter sur elle dans Zyncro. Nous vous souhaitons la bienvenue.

    L’avenir mobile des réseaux sociaux d’entrepriseLa socialisation entre employés dans le monde de l’entreprise se déplace progressivement vers les plateformes mobiles. Nouvel outil complémentaire sur le lieu de travail, le réseau social d’entreprise n’échappe pas à la fièvre mobile.

    1. Les réseaux sociaux d’entreprise mobiles sont déjà là. Le trafic mobile gagne du terrain dans toutes sortes de réseaux sociaux. Dans notre système Wamba, environ 30 % des utilisateurs se connectent via la version mobile de notre application Mamba pour iPhone, Android et Windows. La tendance ne fléchit pas de mois en mois. Nous n’avons pas à chercher bien loin pour trouver un bon exemple dans le monde de l’entreprise : l’application mobile de Zyncro et ses applications sur mesure comme l’application « App on » pour la gestion mobile de l’équipe commerciale de Telefónica dans 14 pays, ou l’application pour la Chambre de commerce de Barcelone qui met en relation 15 000 entreprises.

    2. 87 % de la population mondiale dispose d’un appareil portable, la Chine étant le pays comptant le plus de smartphones (246 millions), suivie des États-Unis avec 230 millions d’appareils. Au cours des trois dernières années, 300 000 applications ont été développées et l’on estime que d’ici 2017, le marché mondial des applications représentera 14,5 milliards d’euros. L’Europe a connu un taux de pénétration des smartphones de 55 %, Espagne en tête avec 63 %, devant le Royaume-Uni (62 %), la France (51 %), l’Italie (51 %) et l’Allemagne (48 %), selon ComScore.

    3. Nous sommes dépendants. Selon Nokia, nous consultons notre téléphone 150 fois par jour en moyenne, six minutes et demie par heure où nous sommes éveillés.

    4. Moyen de communication naturel des nouvelles générations. Sous une autre optique, il s’agit de l’avenir du marché du travail. Selon Internet sans crainte, projet soutenu par l’Union Européenne, 70 % des adolescents de plus de 12 ans, proportion qui monte à 95 % pour les jeunes entre 15 et 17, possèdent un téléphone portable. Selon Comscore, 31 % des utilisateurs de réseaux sociaux passent par le portable.

    5. Une partie croissante de l’utilisation d’Internet sur les smartphones revêt un caractère social. Au Royaume-Uni, selon la très officielle association GSM, les usagers accédant à Facebook à travers leur appareil mobile le font pour une durée équivalente à leur accès depuis leur ordinateur, avec un nombre de fois résolument supérieur par le biais du dispositif portable. Selon Comscore, 30 % des utilisateurs de téléphones portables en Europe ont accédé à un réseau social ou à un blog au cours du deuxième trimestre de 2012, dont près de 26 % de ce collectif furent des Français.

    6. Croissance rapide de la consultation des e-mails sur le portable. La proportion des emails ouverts sur des appareils portables a atteint 41 % au cours du second semestre 2012, et est en bonne voie pour dépasser l’usage sur l’ordinateur à la fin de l’année en cours.

    7. Effet « Double Screen ». Le mobile est devenu en peu de temps le « gadget » qui aura su détourner notre regard de l’ordinateur. Et qui n’a pas regardé le portable au travail « plusieurs fois » jette la première pierre (il est temps d’arrêter de jouer au dur, de jeter son bon vieux téléphone et de s’acheter un smartphone).

    8. Confort et autonomie. Pour les collègues qui passent leur journée de réunion en réunion ou pour répondre à ces détails oubliés de dernière minute qui vous reviennent juste avant d’entrer au cinéma, le contact à travers le téléphone s’avère des plus pratiques, car il suit toujours son utilisateur et n’oblige pas à disposer obligatoirement d’une connexion Wi-Fi.

    9. Fonctionnalités de géopositionnement. Sans aucun doute, le plus grand avantage du portable lié à la socialisation est la possibilité de localiser ses interlocuteurs. Les services de localisation permettent de trouver une collègue dans la rue avant d’assister à une réunion, de recevoir une notification lorsque vous vous attendiez à rencontrer un compagnon alors qu’il est retourné à son bureau, de savoir où a lieu le forum qu’une partenaire documente à renfort de photos ou à voir de quels locaux de l’entreprise un collègue particulier met à jour des informations mais que vous n’avez jamais rencontré en personne. La géopositionnement se pose en outre en nouvel outil pratique dans la gestion des ressources humaines.

    10. Le téléphone portable en passe de supplanter l’ordinateur au travail ? Malgré le succès qu’il remporte, il semble peu probable qu’il puisse un jour remplacer le confort qu’offre l’ordinateur de bureau. Toutefois, dans les tâches logistiques ou de vente, son effet pourrait être plus sensiblement notable.

     
    • Pierre-Jean Le Cunff le 09/04/2013 à 00:18 Permalien | Répondre

      Outch, 10 vérités en une page, un bon travail journalistique qui s’appuie sur des publications et des statistiques mais qui mériterait à mon avis d’être enrichi par des enquêtes sur le terrain pour être plus authentique et moins j’évoque mon produit , non ?

  • Marta Carrió le 08/03/2013 à 09:36 Permalien | Répondre
    Mots-clefs: , , , , réputation, tendances   

    7 tendances 2013 en réputation de l’entreprise 

    Temps de lecture estimé : 5 minutes

    Il y a déjà quelques semaines, Leslie Gaines-Ross, directrice de stratégie chez Weber Shandwick, présentait dans The Huffington Post les dernières tendances à connaître pour l’année dans le domaine de la réputation d’entreprise.

    Ces tendances soulignent la place prépondérante qu’est appelée à prendre la réputation interne dans les marques et les entreprises. C’est pour cela qu’il est intéressant de les examiner dans cet espace. En fin de compte, les tendances que je vous présente ici renforcent l’idée de la nécessité pour les entreprises de prendre soin de leur communication interne comme élément clé de leur réputation parmi les employés.

    C’est là où les réseaux sociaux d’entreprise peuvent apporter une aide primordiale aux organisations qui misent sur l’innovation mais aussi sur la mise en œuvre d’outils collaboratifs et de gestion partagée des connaissances.

    Passons en revue les 7 tendances les plus marquées :

    1. Les PDG devront tenir le rôle de principaux garants de la réputation de l’entreprise. D’après les enquêtes publiées, qui font l’objet de commentaires sur ce blog, près de la moitié de la réputation d’une entreprise est encore attribuable à son PDG. La probabilité qu’une société connaisse une situation de crise se faisant toujours plus élevée, « une réponse opportune, sensible et directe » de la part du dirigeant inspire confiance et crédibilité.

    2. La réputation interne sera essentielle. Les employés contribueront à construire une bonne réputation s’ils sont engagés et satisfaits envers l’organisation, ce qui se passe si une communication à double sens avec l’entreprise est établie. Les travaux dans ces domaines se feront de plus en plus évidents, surtout de par l’impact qu’ils ont sur les indicateurs clés de l’entreprise.

    3. Les crises de réputation ne pourront pas être ignorées. Comme nous l’indique Mme Gaines-Ross, les entreprises pensent en général que leur réputation a été injustement endommagée. Cependant, la plupart des crises sont favorisées par les propres entreprises et auraient pu être évitées si elles avaient été attentives aux symptômes avant-coureurs. Par conséquent, davantage d’entreprises tirent parti cette année des dernières technologies afin de construire de meilleurs systèmes pour la gestion et l’atténuation du risque lié à la réputation mais aussi à l’identification des vulnérabilités.

    4. L’objectivation de la réputation gagnera en poids. Les entreprises chercheront de plus en plus de moyens pour mesurer objectivement leur réputation. Toutefois, la préoccupation pour les chiffres risque de limiter la perception d’un actif somme toute multidimensionnel tel que la réputation.

    5. La réputation de l’entreprise et la marque seront inséparables. Près de 9 cadres sur 10 pensent qu’une réputation solide de l’entreprise est aussi importante qu’une marque de produit/service forte. Trouver le juste équilibre sera une priorité pour l’entreprise au cours de l’année 2013.

    6. La réputation se redéfinira en fonction des changements sociaux et politiques. Nous commençons à voir comment la réputation de l’entreprise s’adapte progressivement à ce qui se passe dans la société civile et la sphère politique. Les préoccupations sociopolitiques et celles organisationnelles vont fusionner peu-à-peu, et cela n’épargnera pas le domaine de la réputation des entreprises, tant pour sa construction que pour son entretien.

    7. La gestion de la réputation dans les réseaux sociaux occupera une place prépondérante. Les entreprises qui s’avèrent vraiment sociales, qui engagent leurs décideurs, leurs employés, leurs clients et leurs partenaires dans de vraies conversations sur les réseaux sociaux seront reconnues comme les nouveaux chefs de file. La figure du PDG social sera la prochaine nouveauté. Pour l’instant, le départ laisse un peu à désirer : une étude d’IBM (2012) menée auprès de PDG, englobant 18 secteurs dans 64 pays, montre en effet que seulement 16 pour cent d’entre eux ont participé aux médias sociaux.

    Marta Carrió possède un Doctorat en Réputation professionnelle (UPF), Elle est en outre partenaire de Plan, une société de conseil spécialisée dans la mesure, l’analyse et la gestion de la réputation professionnelle.

     Mettez en place dès aujourd’hui les outils qui vous aideront à améliorer votre réputation, en plus de nombreux avantages tels qu’une meilleure productivité ou une meilleure capacité d’innovation. Essayez Zyncro, votre Réseau Social d’Entreprise

     
  • Sara Jurado le 11/01/2013 à 09:27 Permalien | Répondre
    Mots-clefs: , , , tendances, workshifting   

    Les 5 tendances des ressources humaines 2.0 en 2013 

    Temps de lecture estimé : 4 minutes

    Nous ne savons pas ce que 2013 nous réserve, mais j’ai recueilli les dernières tendances des pratiques dans le domaine des ressources humaines 2.0 susceptibles de se confirmer cette année. Ainsi, à la vue de certaines tendances que les progrès récents dans la gestion des équipes semblent mettre en exergue, nous pouvons dresser le panorama suivant :

    TRAVAIL ITINÉRANT : 37 % des entreprises du monde entier offrent des options de télétravail, comme le souligne l’enquête Global Index Workshifting (en anglais). Dans l’optique d’une productivité améliorée et d’un équilibre entre la vie personnelle et la vie professionnelle, la possibilité de travailler de n’importe où, et ce indifféremment, présente une pertinence toujours plus évidente. Le télétravail (ou en anglais « workshifting ») présente aussi d’autres avantages, tels que la contribution au développement durable et à la réduction de 45 % des coûts en infrastructures et en personnel, en facilitant le recrutement d’employés dans les zones géographiques moins chères.

    SITES D’EMPLOI ET DE CARRIÈRE : les sections RH refont leur apparition sur les sites Web d’entreprise, dans lesquelles celles-ci publient leurs offres d’emploi et les opportunités de carrière. Selon Ascendify, un site d’emploi et de carrière (« carreer site » en anglais) peut se convertir en véritable communauté sociale riche en talents si une communication bidirectionnelle s’établit avec les candidats, si des recommandations sont formulées sur les postes vacants et autres contenus importants, si les employés internes et les anciens salariés sont impliqués, etc.

    CLOUD COMPUTING : les réseaux hybrides (VPN fusionnés avec des réseaux publics) permettent aux professionnels de travailler de n’importe où et partager des données avec des agents externes à travers des applications créées sur mesure pour l’organisation. Ainsi, plus de 60 % des entreprises auront adopté l’une des formes qu’adopte le cloud computing en 2013, selon un rapport publié par Gartner (en anglais).

    BYOD (de l’acronyme anglais « Bring Your Own Device », Apportez votre propre appareil) : 66 % des professionnels utilisent plusieurs appareils mobiles personnels au travail, d’après un rapport publié par Forrester (en anglais). Virtualiser les systèmes de travail par le biais du cloud computing permet aux employés de choisir leurs outils de travail pour bénéficier d’une meilleure mobilité, d’une plus grande satisfaction et d’une productivité supérieure de n’importe où. Cette nouvelle façon de procéder et la culture du workshifting obligent de plus en plus les organisations à fournir différents appareils mobiles à leurs employés.

    GESTION DES CONNAISSANCES : la formation s’est déplacée des départements de ressources humaines aux réseaux sociaux et espaces de réseautage (networking). Si les entreprises veulent continuer à offrir une formation à leurs employés, elles doivent par conséquent mener une gestion des connaissances internes et animer la création de son intelligence collective. Cela a un effet positif sur l’engagement interne, aspect qui doit intégrer la stratégie de tout département des RH digne de ce nom.

    Ce ne sont là que quelques-unes des tendances constatées pour l’année, mais il est certain que de nouvelles tendances se dégageront tout au long de l’année 2013 pour s’adapter à l’évolution rapide des environnements 2.0. Et vous, connaissez-vous en d’autres qui n’ont pas été évoquées ici ? Comment pensez-vous que les RH vont évoluer dans les mois à venir ?

    Sara Jurado est psychologue spécialisée dans l’orientation et les médias sociaux appliqués au développement professionnel et, actuellement en parallèle, conseillère d’orientation professionnelle à la pépinière d’entreprises Barcelona Activa (blog en catalan).

     

     
c
Écrire un nouvel article
j
Prochain article/commentaire
k
Article/commentaire précédent
r
répondre
e
modifier
o
Afficher/masquer les commentaires
t
haut de page
l
se connecter
h
Afficher/masquer l'aide
maj + esc
Annuler